Harry Potter

Orgueil, Préjugés et Sortilèges — Fanfilm (VF)

I. Quand Jane Austen rencontre Harry Potter

The Cocotte Show Productions nous propose un nouveau fanfilm Harry Potter dans lequel les personnages d’Orgueil et Préjugés se retrouvent étudiants à Poudlard !

La première bande-annonce de ce projet avait été dévoilée le 26 janvier 2019 avant qu’une campagne Ulule ne soit menée pour financer le fanfilm.

La production de ce moyen-métrage aura nécessité le travail de 150 bénévoles, grâce à qui le fanfilm est disponible depuis le 24 janvier 2021 !

L’histoire nous plonge en 1791, alors que Elizabeth Bennet s’apprête à commencer sa sixième année d’étude à Poudlard. Mais cette rentrée est aussi marquée par l’organisation du Tournoi des Trois Sorciers…

II. Une nouvelle adaptation d’Orgueil et Préjugés

Orgueil, Préjugés et Sortilèges reprend ainsi plusieurs personnages principaux du roman de Jane Austen.

Nous y retrouvons :

  • la famille Bennett, composée de Mr. et Mrs. Bennet et de leurs quatre filles, Jane, Elizabeth, Kitty et Lydia ;
  • Charlotte Lucas, meilleure amie d’Elizabeth ;
  • Georges Wichkam ;
  • les frère et soeur Charles et Caroline Bingley ;
  • William Darcy.

Mais le fanfilm nous propose également de découvrir de nouveaux personnages comme Denis Howligan, qui devient le meilleur ami de Lydia, mais aussi le professeur Bois-Sec et le proviseur Collum Brew.

Parmi les différences apportées, on pourra noter que, dans la version originale, Mr. et Mrs. Bennett ont en réalité cinq filles (Jane, Elizabeth, Mary, Kitty et Lydia). Mais l’absence de Mary peut s’expliquer par le nombre déjà important de personnages, sans compter qu’elle reste un personnage assez peu présent dans le roman. On pourra même remarquer que le film Coup de foudre à Bollywood, qui était également une réadaptation d’Orgueil et Préjugés, avait aussi choisi d’enlever ce personnage.

Et si vous voulez en apprendre plus sur l’équipe à l’origine du projet, n’hésitez pas à faire un tour sur leur page Facebook, mais aussi sur leur chaîne YouTube sur laquelle vous pouvez découvrir quelques interviews des membres du casting.

N.B. Rendez-vous la semaine prochaine pour découvrir un article qui traitera d’un tout nouveau thème ! Mais je vous préviens, il sera bien éloigné de l’univers d’Harry Potter xD

L’Ickabog — JK Rowling — Roman

L’Ickabog, nouveau roman jeunesse de J.K. Rowling, est disponible dans les librairies depuis le 3 décembre 2020.

L’article suivant donne quelques informations sur l’histoire racontée, mais aucun rebondissement n’est spoilé.

I. La genèse de l’Ickabog

L’Ickabog est un roman sur lequel J.K. Rowling a travaillé en parallèle de l’écriture de la saga Harry Potter. Il était initialement censé sortir après le dernier tome d’Harry Potter.

L’auteure avait déjà parlé de ce projet en 2007 dans un reportage intitulé Un an dans la vie de JK Rowling (disponible dans les bonus du film Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé et sur YouTube). Elle présentait son nouveau roman comme un conte de fées politique qui serait destiné à de jeunes lecteurs1.

Mais, finalement, J.K. Rowling se tournera vers d’autres projets comme le roman Une place à prendre et la saga centrée sur le détective Cormoran Strike, écrite sous le pseudonyme de Robert Galbraith.

Puis, en mars 2016, J.K. Rowling confirmera sur Twitter qu’elle n’envisage plus d’éditer ce roman, même si celui-ci lui donnera l’idée de se déguiser en « manuscrit inachevé » lors d’une soirée d’Halloween.

II. L’Ickabog revient en force !

Mais le confinement du printemps 2020 la décidera à ressortir ce projet de ses tiroirs. Sachant les familles confinées, elle décide de retravailler ce roman pour offrir aux lecteurs une nouvelle histoire à découvrir. À l’aide de ses deux plus jeunes enfants — à qui elle avait lu l’histoire à l’époque où elle travaillait encore dessus — J.K. Rowling réécrit le livre. 

Celui-ci sera ensuite diffusé en ligne à raison d’un, deux ou trois chapitres par jour entre le 26 mai et le 10 juillet 2020. Une traduction française sortira peu de temps après en ligne, à partir du 3 juin. À noter que cette traduction a été réalisée par Clémentine Beauvais, qui est elle aussi auteure de plusieurs romans.

Rapidement, une édition papier sera prévue pour la fin d’année, et J.K. Rowling décidera d’impliquer ses jeunes lecteurs en proposant des concours de dessins nationaux réservés aux enfants de 7 à 12 ans. Trente-quatre dessins ont été ainsi sélectionnés pour la version anglaise (que vous pouvez découvrir ici sur le site de la Gazette du sorcier), et qui diffèrent donc des illustrations présentes dans la version française.

Le montant des droits d’auteur de l’édition papier sera également reversé à l’association The Volant Charitable Trust, qui vient en aide aux personnes qui ont été affectées par la Covid-19.

Concernant l’édition française de ce roman, il en existe deux : une en broché et une en relié. Le livre broché est moins imposant que celui en format relié, et il reprend toutes les illustrations à la fin du roman (car elles ne sont pas imprimées sur le même type de papier que le texte), alors que celui au format relié les insère en face des scènes correspondantes. (Pour ma part, j’ai opté pour le format broché, et voir les illustrations placer à la fin du livre ne m’a pas dérangé.)

III. De quoi ça parle ?

L’Ickabog nous laisse découvrir le pays de Cornucopia, gouverné par le roi Fred Sans Effroi, et la vie s’y montre particulièrement agréable. Sa capitale, Chouxville, est même connue pour ses délicieux gâteaux et pâtisseries, que d’autres royaumes ne manquent pas de leur envier. Mais, tout au nord du pays, se trouve une région peu hospitalière, appelée les Marécages, et c’est dans cette région que le mythe de l’Ickabog est né. La région des Marécages abriterait une créature féroce, connue pour se nourrir d’humains et de moutons. Mais cette créature existe-t-elle vraiment ? Ou est-elle une simple légende urbaine transmise de génération en génération ?

IV. Le sens caché de certains mots

J.K. Rowling a toujours bien aimé « jouer » avec les noms, et les noms utilisés dans le roman de l’Ickabog n’y font pas exception.

- Le nom de l’Ickabog vient du nom Ichabod (qui peut aussi être un prénom) qui signifie « without honor » (sans honneur) ou « the glory has departed » (la gloire est partie)2. Et il est vrai que les rumeurs autour de l’Ickabog vont causer quelques problèmes à Cornucopia…

- Cornucopia signifie corne d’abondance en anglais. Ce qui correspond bien au pays, qui regorge de nourriture.

Quatre villes sont également citées dans l’histoire :

- La capitale Chouxville s’appelle également ainsi en anglais. Et, cette ville étant connue pour ses célèbres pâtisseries, son nom fait bien sûr référence aux choux pâtissiers.

- La ville de Jéroboam est connue pour son vin. Or, le jéroboam est une bouteille de trois litres environ, qui peut contenir du champagne ou du bourgogne.

- La ville de Kurdsburg est célèbre pour ses fromages. Or, « curds » signifie en anglais « lait caillé ».

- La ville de Baronstown est réputée pour ses jambons fumés et rôtis au miel, ses rubans de lard, ses saucisses épicées, ses biftecks fondants et ses tourtes au chevreuil. Or, le « baron of beef » (baron de bœuf) est une belle pièce de bœuf composé de deux surlonges reliés au niveau de la colonne vertébrale. (Moi non plus, je n’avais jamais entendu le mot « surlonge » de ma vie. Mais, je vous jure, ça existe!)

Et il existe probablement d’autres noms qui cachent des références.

V. Alors, c’est bien ?

Si l’Ickabog est le premier roman jeunesse de J.K. Rowling depuis Harry Potter, celui-ci parvient sans problème à se distinguer de la célèbre saga. Déjà, de par sa structure puisque, du haut de ses 64 chapitres, le roman possède des chapitres courts. Mais le roman nous plonge aussi dans un univers plus réaliste. Dans le château du roi Fred Sans Effroi, vous pourrez y croiser quelques serviteurs, mais vous n’y rencontrerez aucun magicien à la longue barbe blanche.

Pour autant, on pourra noter que la ville de Chouxville est connue pour ses célèbres pâtisseries comme les Songes-de-Donzelles, les Nacelles-de-Fées, les Espoirs-du-Paradis, les Délices-des-Ducs ou encore les Chichis-Chics. Ce qui nous ferait presque croire que la boutique d’Honeydukes se trouve à proximité…

Lors de la lecture du roman, j’avoue avoir bien apprécié le personnage du roi Fred Sans Effroi, et j’ai particulièrement été surprise de voir à quel point l’antagoniste de l’histoire peut se montrer retors. Il n’hésite pas à se salir les mains pour arriver à ses fins, à tel point qu’une certaine noirceur pouvait se dégager de certaines scènes.

J’ai trouvé néanmoins la fin du roman un peu trop rapide. J’aurais aimé suivre un peu plus longtemps certains personnages, et que certaines scènes soient plus développées.

Et si vous avez lu ce roman également, n’hésitez pas à laisser un commentaire pour dire ce que vous en avez pensé. 🙂

1 Indiqué à la 41e minute du reportage.

2 Indiqué à la 13e minute dans l’interview « The Ickabog — Online Launch Event (November 10th, 2020) ».

Harry Potter — How It Should Have Ended (VOSTFR)

La websérie A Very Potter Musical et les BD Bloody Harry ne sont pas les seules productions à avoir parodié l’univers Harry Potter. Il en est de même pour la chaîne YouTube « How It Should Have Ended » qui nous propose une nouvelle fin pour la saga Harry Potter. La vidéo possède plusieurs pistes de sous-titres, dont une en français.

Deux autres vidéos existent sur la même chaîne. La première nous propose de changer la fin du premier film Les Animaux Fantastiques. Quant à la seconde, elle nous laisse découvrir « The Villain Pub » où plusieurs méchants se réunissent (Joker, Voldemort, Khan, Zod, Mystique, the Emperor et Thanos). Mais ces deux vidéos ne disposent que de sous-titres en anglais.

Sur cette même chaîne, il existe aussi une autre vidéo qui nous résume la saga Harry Potter en 90 secondes… avec des figurines Lego ! (C’est ma préférée des vidéos présentées, même si Ombrage sous forme de Lego est toujours aussi agaçante xD). Dans la même continuité, il existe la vidéo « Harry Potter in 99 seconds », où l’histoire de la saga nous est racontée en 99 secondes… sous forme de chanson cappella ! Et, cette fois-ci, ces vidéos disposent bien de sous-titres français.

Récemment, Alex Meyers a également publié une vidéo intitulée « Harry Potter literally makes no sense… » que l’on pourrait traduire par : « Harry Potter n’a littéralement aucun sens », qui a pour objectif de se moquer gentiment du film. D’ailleurs, la vidéo ci-dessous a nécessité 80 heures de travail réparties sur cinq jours1. Vous pouvez retrouver plusieurs vidéos du même style sur sa chaîne, mais aucun sous-titre n’est présent par contre.

Et j’avais envie de terminer l’article en montrant deux génériques créés par des fans. Le premier nous propose Harry Potter en mode « Friends » et le deuxième à la sauce « Les Sorciers de Waverly Place ». (Pour l’anecdote, la personne qui a créé le générique à la mode de Friends se charge désormais de monter quelques vidéos pour la chaîne YouTube d’Elizabeth Henstridge, qui jouait Jemma Simmons dans les Agents of S.H.I.E.L.D..)

1 Information indiquée à la fin de la vidéo « The Hunger Games is kinda dumb ».

Severus Rogue et les Maraudeurs — Fanfilm (VOSTFR)

James, Sirius, Remus et Peter se préparent à attaquer Severus.

Severus Rogue et les Maraudeurs… Une longue histoire d’amour… qui a inspiré de nombreux fanfilms, que ce soit « Son of the Moon », « The Marauders », ou encore « Méfait accompli ».

Le fanfilm Severus Rogue et les Maraudeurs nous propose alors de retrouver James Potter, Sirius Black, Remus Lupin et Peter Pettigrew qui se réunissent dans un bar pour célébrer l’obtention de leur diplôme. Mais l’arrivée de Severus risque de troubler les festivités…

Dans cette histoire, les personnages laissent entrevoir leur pire côté, tant la haine qu’ils se vouent les consume. Ce fanfilm adopte un ton résolument plus sombre, bien éloigné du ton comique que Méfait accompli proposait.

Ce fanfilm, créé par Broad Strokes Productions, est sorti le 1er mars 2016, et il parvient à se hausser en tête des meilleures fanfilms Harry Potter qui existent, tant les effets spéciaux sont soignés, et le jeu d’acteur excellent.

Et ce n’est pas la première fois que Broad Strokes Productions s’essaye au fanfilm Harry Potter, puisqu’ils avaient sorti, en décembre 2013, le fanfilm « Pour le plus grand bien », qui nous racontait le combat qui a opposé Dumbledore, Abelforth et Grindelwald.

Deux productions qui sont toutes les deux réussies, mais qui ne sont pas à conseiller si vous recherchez des histoires qui disposent d’une atmosphère plus « sereine ».

Méfait accompli — Fanfilm (VOSTFR)

Logo du fanfilm Méfait accompli

Habituellement, la majorité des fanfilms Harry Potter réadapte certains des évènements les plus tragiques de la saga. C’est ainsi que nous pouvons redécouvrir l’ascension de Voldemort (Le Maître de la Mort, Voldemort : Origins of the Heir), la relation conflictuelle qui unissait les Maraudeurs à Rogue (Severus Snape and the Marauders), ou encore la torture qu’ont subie les parents de Neville (Neville Longbottom and the Black Witch).

Mais, aujourd’hui, c’est Noël ! C’est pourquoi je vous propose de découvrir un fanfilm qui adopte un ton plus léger que les autres ! Dans Méfait accompli, nous retrouvons James Potter, toujours étudiant à Poudlard, qui aimerait bien inviter Lily au bal de la Saint-Valentin. Et si Lupin accepte de l’aider, il n’en est pas de même pour Sirius…

Le fanfilm a été filmé à l’université d’Oxford, par des étudiants, en 2016. Cette même université a d’ailleurs servi au tournage des quatre premiers films !

Ainsi, plusieurs scènes y ont été tournées comme :

- La scène où Hermione montre à Harry le trophée de Quidditch qu’avait remporté son père a été tournée dans les Christ Church Cloisters.

Les christ church cloisters à Oxford.
© flickr anataman

- La scène où Harry utilise sa cape d’invisibilité pour se rendre dans la section des livres interdits a été tournée dans la bibliothèque (Duke Humfrey’s Library).

La bibliothèque de Duke Humfrey's à Oxford.
© cotswolds

- La scène où Harry se réveille à l’infirmerie après avoir fait face à Quirrel, celle où Harry et Hermione utilisent le retourneur de temps pour sauver Sirius et Buck, et celle où McGonagall apprend à Ron à danser avant le bal ont toutes été tournées à la Divinity School d’Oxford.

L'école de la divinité à Oxford.
© Diliff

- La scène de flash-back entre Tom Jedusor et Dumbledore a été tournée dans le Boldley Tower Staircase.

Les escaliers d'Oxford.
© Christ Church Oxford

- La scène où, dans Harry Potter et la Coupe de Feu, des étudiants se moquent de Harry en portant le badge « Potter Stinks » a été tournée à l’intérieur des New College Cloisters. 

Et la scène où Harry informe Cédric qu’ils devront affronter des dragons lors de la première tâche ainsi que celle où Maugrey transforme Malfoy en fouine ont été tournées à l’extérieur, juste devant.

Les New College Cloisters à Oxford.
© free city guides

- Le Christ Church Dining Hall (qui figure sur la miniature de l’article) n’a pas servi au tournage des films. Mais la Grande Salle d’Harry Potter en est inspirée, et ce décor a servi pour le tournage du fanfilm Méfait accompli. De cette façon, la boucle est bouclée !

Le hall d'Oxford.
© oxfordstudent

Vous pouvez retrouver ici tous les lieux de l’université d’Oxford qui ont servi pour le tournage du film (dans un article en anglais).

Et, bien sûr, si vous êtes à la recherche d’un autre fanfilm Harry Potter qui adopte un ton décontracté, je vous conseille de vous tourner vers les comédies musicales de Starkid !

Joyeux Noël à tout le monde ! 😀

Concert Harry Potter : Échos de Poudlard

Logo du concert échos de Poudlard.

Si les films Harry Potter ont marqué notre époque, il en est de même pour leur bande originale, qui a été successivement composée par John Williams (L’école des sorciers, La Chambre des secrets, Le Prisonnier d’Azkaban), Patrick Doyle (La Coupe de feu), Nicholas Hooper (L’Ordre du Phénix, le Prince de sang-mêlé) et Alexandre Desplat (Les Reliques de la Mort, partie 1 et 2).

C’est alors tout naturellement que ces musiques ont été réinterprétées par différents orchestres, que ce soit dans le cadre de cinés concerts, ou lors de spectacles musicaux.

C’est ainsi que le Neko Light Orchestra, créé à Toulouse en 2011, se spécialise dans les réinterprétations des musiques de cultures de l’imaginaire, que ce soit des musiques issues des films d’animation de Hayao Miyazaki et de Isao Takahata, mais aussi celles des films du Seigneur des Anneaux, d’Harry Potter, de Star Wars ou encore celles de séries comme Game of Thrones et Doctor Who.

En mai 2020, Neko Light diffuse alors sur leur page Facebook un document vidéo de 2 h qui comprend la quasi-intégralité du concert Harry Potter : Échos de Poudlard (filmé en janvier 2019 et janvier 2020 à la Halle aux Grains de Toulouse), entrecoupé de séquences d’un documentaire intitulé « Sur la route avec les Nekos », centré sur les coulisses de leurs six derniers mois de concerts.

Vous pouvez vous rendre ici pour le voir sur leur page Facebook.

Lors du concert, les musiques suivantes sont jouées : Hedwig’s Theme, Harry’s Wondrous World, Lily, Dumbledore’s Farewell, Professor Umbridge, Voldemort End, Obliviate, Snape to Malfoy Manor, A Journey To The Cave, Weasley Fireworks, Harry and Hermione, Medley Fantastic Beasts et Do The Hypogriff.

Vous pouvez également vous rendre sur leur chaîne YouTube pour écouter certaines de leurs réinterprétations.

Deux concerts de musique Harry Potter organisés par le Berklee Motion Picture Orchestra sont également disponible sur YouTube.

La liste des musiques interprétées durant ces ces deux concerts est indiquée dans les commentaires, en dessous des deux vidéos.

Vous pouvez également écouter un Medley qui reprend plusieurs musiques de Harry Potter et la Coupe de Feu. Je vous le conseille particulièrement si vous aimez le film.

Et s’il y a des apprentis musiciens parmi vous, vous pouvez retrouver ici un thème simplifié de la musique Hedwig’s Theme pour la jouer à la guitare.

Enfin, n’hésitez pas à préciser dans les commentaires si vous avez une bande originale préférée ou une musique favorite.

De mon côté, j’ai une préférence pour celle composée par Patrick Doyle. Celui-ci a d’ailleurs composé la musique de la plupart des films réalisés par Kenneth Branagh (qui a interprété le rôle de Gilderoy Lockhart). Dernièrement, ils ont notamment collaboré pour les films Thor, The Ryan Initiative, Cendrillon, le Crime de l’Orient-Express, All is True et Artemis Fowl. Et la bande originale composée pour Thor fait également partie de mes préférées 🙂

Sisters of House Black — Fanfilm (VOSTFR)

Poster du fanfilm Sisters of House Black sur lequel on retrouve Bellatrix, Narcissa et Andromeda.

Sisters of House Black est un fanfilm qui nous propose de suivre les trois sœurs Black, à l’aube de leur vie d’adulte. Mais la pression de leurs parents concernant leur vie amoureuse se fait plus que jamais sentir, alors que Voldemort commence à recruter des fidèles…

Sisters of House Black se distingue des autres fanfilms Harry Potter de par son casting essentiellement féminin. En effet, jusqu’à présent, la plupart des fanfilms Harry Potter présentaient un casting majoritairement masculin, ce qui s’explique par le choix des histoires racontées. Les Maraudeurs ont, par exemple, eu droit à différents fanfilms et, logiquement, nous n’y retrouvons qu’un seul personnage féminin : Lily.

Sisters of House Black inverse donc cette tendance puisque nous retrouvons au centre de l’histoire trois personnages féminins : Bellatrix, Narcissa et Andromeda Black.

Cette histoire nous propose donc de nous dévoiler la jeunesse de ces personnages vus dans les films. Et si, bien sûr, certaines idées ont été ajoutées pour le besoin du scénario, ce fanfilm pourrait se présenter facilement comme un prequel à l’histoire des sœurs Black, tant la production se révèle soignée.

Les musiques composées peuvent également être réécoutées sous forme de playlist, et quelques vidéos « behind the scenes » sont aussi disponibles, mais uniquement en VO.

Sachez également que ce fanfilm a été écrit par Kelsey Ellison (qui interprète également le rôle de Bellatrix) et, si vous visitez sa chaîne YouTube, peut-être vous rendrez-vous compte que vous la connaissez déjà, puisque c’est elle qui est à l’origine de la vidéo « Dancing Hermione ».

Et je dois reconnaître que même si j’avale six tasses de café… Je serais loin d’avoir autant d’énergie qu’elle.

Enfin, si vous regardez ce fanfilm, n’hésitez pas à dire si vous appartenez à la team #Bellatrix, #Narcissa ou #Andromeda.

En ce qui me concerne, je serai #Andromeda, parce que sa fille, Nymphadora Tonks, reste un de mes personnages préférés. Sans oublier que Tonks appartenait à la maison Poufsouffle et… Je suis à peu près sûre que le Choixpeau me répartirait aussi dans cette maison…

Harry Potter — Lecture en anglais (VOST)

Lorsque l’on a succombé à la fièvre Harry Potter, plusieurs symptômes surviennent, dont les plus courants sont : relecture multiple des romans et visionnage intensif des films !

Puis, un jour vient où l’on se dit que, finalement, ce serait peut-être une bonne idée d’essayer de lire les romans en anglais pour les découvrir dans leur langue originale…

C’est ainsi que, vers 2009, j’aperçois dans un magasin le premier tome d’Harry Potter en anglais, et je me décide à l’acheter. J’ai lu le premier chapitre et puis… Le livre a subi le sortilège de « Wingardium Leviosa ». Il a lévité jusqu’à mes étagères, et il a décidé d’y rester, tellement il s’y sentait bien.

Photo du livre Harry Potter and the Philosopher's stone, traduit en français avec le titre: Harry Potter à l'école des sorciers

Oups…

Mais voilà, qu’en mai 2020, le site Wizarding World lance un nouveau projet : une lecture du roman Harry Potter and the Philosopher’s Stone, dont certains chapitres sont lus par des acteurs ayant joué dans les films.

En vous rendant sur le site, vous pouvez donc retrouver dans la catégorie « Chapters Videos » (présente dans l’onglet Harry Potter at Home), l’intégralité des dix-sept chapitres qui sont lus en anglais. De plus, les sous-titres anglais sont disponibles, ce qui permet de suivre plus facilement cette lecture. À noter cependant qu’il manque certains sous-titres pour les vidéos des trois premiers chapitres, mais leur absence ne dure que quelques secondes à chaque fois.

Chaque chapitre est ainsi lu par un, deux ou trois acteurs différents, alors que des dessins illustrent de temps en temps les scènes racontées. Toutefois, le chapitre 6 adopte une lecture quelque peu différente, puisqu’il est lu par la troupe qui joue Harry Potter et l’Enfant maudit au théâtre (à Londres et à New York), et chaque personnage est donc lu par un acteur différent.

Tout au long des dix-sept chapitres, vous pourrez donc retrouver des visages connus de l’univers Harry Potter comme : Daniel Radcliffe, Noma Dumezweni (Hermione dans Harry Potter et l’Enfant maudit), Eddie Redmayne (Newt Scamander), Stephen Fry (narrateur des audio book au Royaume-Uni), Bonnie Wright (Ginny Weasley), Evanna Lynch (Luna Lovegood), Jamie Parker et le casting d’Harry Potter et l’Enfant maudit de Londres et de New York, Dan Fogler (Jacob), Alison Sudol (Queenie), David Tennant (Barty Croupton Jr), Mathew Lewis (Neville), Helen Howard (Pétunia et Ombrage dans Harry Potter et l’Enfant maudit), Imelda Staunton (Ombrage), Jason Isaacs (Lucius), Tom Felton (Draco), Helen McCrory (Narcissa), Claudia Kim (Nagini), Kenneth Branagh (Lockart) et une brève apparition de Helena Bonham Carter (Bellatrix) et de JK Rowling.

À leurs côtés, d’autres acteurs participent à la lecture des chapitres : Simon Callow, Olivia Colman, Jonathan Van Ness, Alia Bhatt, Whoopi Goldberg, Hugh Bonneville, Dakota Fanning et Ruth Wilson, ainsi que Kate McKinnon, David Beckam et Alec Baldwin, qui y font de brèves apparitions.

Voici ci-dessous la bande-annonce qui était sortie lorsque le projet avait été annoncé :

Si vous avez envie de découvrir le premier tome en anglais, vous pouvez donc jeter un œil sur les vidéos.

Et, quitte à parler de cette lecture en anglais, j’en profite pour faire un petit point sur la traduction du mot Hogwarts, qui est devenu Poudlard en français. En effet, en anglais « hog » signifie « porc » et wart signifie « verrue ». Dis, comme ça, se rendre à l’école des verrues de porc, c’est un peu moins attractif… Mais c’est la raison pour laquelle, dans le mot français, nous retrouvons le mot « lard » qui renvoie à « porc » et le mot « pou » qui renvoie à « verrue ».

Si vous le souhaitez, vous pouvez écouter Jean-François Ménard, traducteur des livres Harry Potter en français, qui en parle ici à partir de 47 min 50.

Et si vous avez déjà regardé la websérie A Very Potter Musical, vous savez que, dans cette nouvelle histoire, Draco rêve de se rendre à Pigfarts, école de magie qui se trouve sur… Mars ! Mais, en français, le mot « pig » renvoie à « cochon » alors que le mot « fart » renvoie à « pet », ce qui montre que le nom de cette école de magie inventée a été créé sur le même mode que « Hogwarts ».

Pour aller un peu plus loin, je poste ci-dessous quelques phrases tirées du roman Harry Potter and the Philosopher’s Stone. Au début de chaque phrase est indiquée la minute à laquelle vous pouvez retrouver cette phrase dans les vidéos. Et vous retrouverez en dessous la traduction officielle en français, tirée du roman.

Par contre, je vous préviens… Je n’ai pas choisi les plus faciles…

Chapter 1

The Boy Who Lived / Le survivant

(0 : 53) Mrs Dursley was thin and blonde and had nearly twice the usual amount of neck, which came in very useful as she spent so much of her time craning over garden fences, spying on the neighbours.

Mrs Dursley, quant à elle, était mince et blonde et disposait d’un cou deux fois plus long que la moyenne, ce qui lui était fort utile pour espionner ses voisins en regardant par-dessus les clôtures des jardins.

Chapter 4

The Keeper of the Keys / Le gardien des clés

(0 : 59) His face was almost completely hidden by a long, shaggy mane of hair and a wild, tangled beard, but you could make out his eyes, glinting like black beetles under all the hair.

Son visage était presque entièrement caché par une longue crinière de cheveux emmêlés et par une grande barbe broussailleuse, mais on voyait distinctement ses yeux qui brillaient comme deux scarabées noirs au milieu de ce foisonnement.

Chapter 5

Diagon Alley / Le Chemin de Traverse

(19 : 30) The brick he had touched quivered – it wriggled – in the middle, a small hole appeared – it grew wider and wider – a second later they were facing an archway large enough even for Hagrid, an archay on to a cobbled street which twisted and turned out of sight.

La brique se mit alors à trembloter et un petit trou apparut en son milieu. Le trou s’élargit de plus en plus et se transforma bientôt en une arcade suffisamment grande pour permettre même à Hagrid de passer. Au-delà, une rue pavée serpentait devant eux à perte de vue.

Chapter 12

The Mirror of Erised / Le Miroir du Riséd

(5 : 15) The Hall looked spectacular. Festoons of holly and mistletoe hung all around the walls and no fewer than twelve towering Christmas trees stood around the room, some sparkling with tiny icicles, some glittering with hundreds of candles.

La Grande Salle était magnifique. Des guirlandes de gui et de houx étaient suspendues aux murs et pas moins d’une douzaine d’arbres de

Noël se dressaient tout autour de la salle.

(22 : 30) A piercing blood-curdling shriek split the silence – the book was screaming ! Harry snapped it shut, but the shriek went on, and on, one high unbroken, ear-splitting note. He stumbled backwards and knocked over his lamp, which went out at once.

Un hurlement suraigu, à glacer le sang, retentit alors dans le silence de la bibliothèque. C’était le livre qui criait ! Harry le referma d’un coup sec, mais le hurlement continua, une note assourdissante, toujours la même. Harry tomba en arrière, renversant sa lampe qui s’éteignit instantanément. 

Chapter 13

Nicolas Flamel / Nicolas Flamel

(15 : 50) As Gryffindors came spilling on to the pitch, he saw Snape land nearby, white-faced and tight-lipped – then Harry felt a hand on his shoulder and looked up into Dumbledore’s smiling face.

Tandis que les supporters de Gryffondor envahissaient le terrain, il vit Rogue atterrir à proximité, le teint livide, les lèvres serrées. Harry sentit alors une main se poser sur son épaule. Il se retourna et vit Dumbledore qui lui souriait.

Chapter 14

Norbert the Norwegian Ridgeback / Norbert le dragon

(17 : 06) Ron appeared out of nowhere as he pulled off Harry’s Invisibily Cloak. He had been down at Hagrid’s hut, helping him feed Norbert, who was now eating dead rats by the crate.

Ron enleva la cape d’invisibilité qui le recouvrait, semblant surgir de nulle part. Il revenait de la cabane où il avait aidé Hagrid à nourrir Norbert qui mangeait à présent des kilos de rats morts.

Chapter 15

The Forbidden Forest / La Forêt interdite

(24 : 40) The hooded figure raised its head and looked right at Harry — unicorn blood was dribbling down its front. It got to its feet and came swiftly toward Harry – he couldn’t move for fear.

La silhouette au capuchon leva la tête et darda son regard sur Harry. Du sang de licorne lui coulait sur la poitrine. La silhouette se releva d’un bond et se précipita vers lui. Paralysé par la peur, Harry fut incapable de bouger. 


Et si vous êtes arrivé(e) jusqu’ici… Vous avez gagné mon admiration éternelle ! 😀

Et pour ceux qui se poseraient éventuellement la question… Rassurez-vous, l’article de la semaine prochaine ne contiendra aucun exercice d’anglais !

Bloody Harry — La BD dont il ne faut pas prononcer le nom !

Les trois bandes dessinées Bloody Harry posées les unes à côté des autres.

L’univers d’Harry Potter a donné naissance à de nombreuses productions dérivées, notamment sous forme de fanfilms. Mais il existe également une BD qui porte le doux nom de Bloody Harry. Un titre que l’on pourrait traduire par « Sanglant Harry »…

Trois tomes sont déjà sortis, parus entre 2016 et 2019. Et, comme les couvertures peuvent déjà vous le montrer, cette BD ne s’adresse pas à un public de jeunes lecteurs…

Chaque page nous propose de découvrir une nouvelle histoire. Les personnages peuvent donc connaître régulièrement des fins tragiques, mais ils n’hésitent pas entre temps à tenir quelques conversations qui nous montrent qu’ils ont bel et bien perdu leur âme d’enfant… Les histoires s’adressent donc plutôt à un public de jeunes adultes/adultes.

Et si vous désirez vous faire un avis sur cette bande dessinée sans avoir à l’acheter, c’est possible !

En effet, avant que cette BD ne soit publiée, plusieurs planches sont sorties directement sur un blog, géré par Alexandre Arlène, le créateur de cette BD, et le site est toujours accessible. Mais vous pouvez également vous tourner vers sa page Instagram où plusieurs planches ont été postées.

Si vous visitez ces pages, vous verrez que les illustrations permettent de reconnaître facilement les personnages, et que les codes d’Harry Potter sont bien maîtrisés. Il est donc agréable de se replonger dans cet univers, même si les histoires adoptent un ton bien différent.

Ci-dessous, vous pouvez retrouver une courte vidéo qui adapte en animation une des planches :

Chaque BD peut ainsi se lire très rapidement. Cela dépendra essentiellement du temps que vous passerez à regarder les illustrations.

Par contre, le troisième tome de Bloody Harry comprend quelques planches qui s’inspirent des Animaux Fantastiques, si bien qu’il vaut mieux avoir déjà vu les Crimes de Grindelwald, sous peine de vous faire spoiler un rebondissement du film.

Sachez également que si ces bandes dessinées sont disponibles à la vente, il n’a pas été nécessaire de demander une autorisation à Warner Bros pour les commercialiser. Tout simplement parce que, selon la loi française, il est possible de parodier une œuvre légalement, même si quelques conditions peuvent s’y appliquer.

Pour en savoir plus, vous pouvez regarder la vidéo « Droit de parodie, comment je n’ai pas plagié Harry Potter », d’Alexandre Arlène, disponible sur sa chaîne YouTube.

Pour finir, je vous partage une photo d’une de mes planches préférées (tirée du tome 2). Et il est possible que, faisant partie de la communauté des porteurs de lunettes, je puisse m’identifier tout particulièrement à cette planche…

Planche de Bloody Harry : la professeure de divination croit voir un nuage de mort au-dessus de Harry. Mais il s'agit en réalité d'une tâche de gras sur ses lunettes!

Warren Flamel : La Malédiction de l’Immortalité (VF)

Le titre de la websérie Warren Flamel apparaît sur un ciel très nuageux.

Le 31 mars 2014, sortait le premier épisode de la websérie Warren Flamel : La Malédiction de l’Immortalité, première websérie française qui s’inspire de l’univers Harry Potter !

Pourtant, les algorithmes de YouTube décideront de supprimer la vidéo pour cause de « non-respect des règles d’utilisation » alors que la websérie ne reprend aucun contenu sous copyright, puisque les noms des personnages utilisés et les musiques instrumentales entendues n’appartiennent pas à Warner Bros.

L’équipe prend donc la décision de reposter la vidéo, le 15 mai 2014, qui, cette fois-ci restera bien disponible !

Le premier épisode, d’une durée de cinq minutes, nous fait donc découvrir le personnage de Warren Flamel, neveu de Nicolas Flamel, qui est chargé de détruire la pierre philosophale, alors que des Mangemorts se sont lancés à sa poursuite…

Après le tournage du premier épisode, une campagne Ulule a été menée pour le financement du deuxième épisode, qui est sorti le 18 juillet 2014. 

Nous y retrouvons Warren, accusé de meurtre. Des avis de recherche sont publiés par le Ministère de la Magie, alors que des Aurors se lancent à sa recherche…

Une campagne Ulule a également été menée pour le financement du troisième épisode qui est, quant à lui, sorti 5 ans plus tard, le 9 juin 2019.

Cette sortie tardive s’explique notamment par la longueur de cet épisode, d’une durée de 36 minutes, ainsi que les nombreux effets spéciaux présents, qui auront nécessité plus de 200 heures de travail !

Cet épisode comprend également un caméo vocal puisque Jérôme Keen, qui assurait la voix française de Lucius Malefoy, peut être entendu brièvement lors de la scène qui commence à 13 min 20.

Cette websérie propose donc un univers visuel intéressant, qui reprend les codes du monde des sorciers, que ce soit pour les effets spéciaux, les bruitages, les décors ou les costumes. L’histoire nous propose également de découvrir de nouveaux personnages. Et j’avoue que l’évolution de certains d’entre eux m’a surpris…

Si vous regardez cette websérie, n’hésitez pas à visiter leur chaîne YouTube secondaire, intitulé VectanProduction2, sur laquelle vous retrouverez notamment quelques tutoriels sur le logiciel after effects pour apprendre à reproduire certains effets spéciaux utilisés.

Et si vous voulez découvrir d’autres créations françaises, vous pouvez regarder Les Fondateurs : Le Fantôme de Serdaigle, sorti en 2019, auquel j’ai consacré un article.