Documentaire Pop Culture

Miss Americana — Documentaire sur Taylor Swift — Netflix (2020)

I. Miss Americana

Le 31 janvier 2020, sortait sur Netflix le documentaire Miss Americana. Il s’agissait de la deuxième collaboration entre Taylor Swift et la plateforme de streaming, après la sortie du concert Reputation Stadium Tour, qui est disponible depuis fin 2018.

Ce documentaire propose de revenir sur la carrière de Taylor Swift et sur les difficultés liées à la célébrité.

Le documentaire revient notamment, à 33 min, sur l’influence négative qu’ont pu jouer les médias sur la carrière de Taylor Swift.

On peut ainsi découvrir un extrait d’une interview de Entertainment Tonight, dans lequel une journaliste pose une question inappropriée :

La journaliste interview Taylor Swift.

Ce à quoi Taylor Swift répond :

Taylor Swift répond à la question de la journaliste.

Par contre, la scène utilisée dans le documentaire a été coupée après « […] tonight », et n’inclue donc pas la réponse complète de Taylor Swift.

L’interview complète est disponible ci-dessous :

Depuis la sortie du documentaire, Taylor Swift a sorti deux nouveaux albums (Folklore et Evermore). Le 14 mars 2021, elle est également devenue la première artiste féminine de l’histoire à remporter trois fois le trophée du meilleur album aux Grammy Awards (Fearless, 1989 et Folklore).

Et si vous désirez vous tenir au courant de son actualité, vous pouvez suivre différents comptes twitter, comme celui-ci :

II. Quelques reportages disponibles en anglais

Taylor Swift : Road to Reputation

Road to Reputation revient sur la carrière de Taylor Swift. Des sous-titres anglais sont disponibles, mais ils contiennent quelques fautes d’orthographe.

Taylor Swift NOW — The Making of a Song

The Making of a Song nous montre Taylor Swift en train de travailler les chansons de son album Reputation.

III. Ses plus récentes performances

Après la sortie de l’album Lover, en août 2019, une tournée appelée Lover Fest devait être organisée, mais la covid-19 en a décidé autrement. À défaut, certaines de ses performances sont visibles sur YouTube.

Taylor Swift : NPR Music Tiny Desk Concert

Elle y interprète : The Man, Lover, Death by a Thousand Cuts et All Too Well.

Taylor Swift : Live at the 2019 American Music Awards

Elle y interprète : The Man, Love Story, I knew You Were Trouble, Blank Space, Shake It Off et Lover.

Taylor Swift : Live at Capital’s Jingle Bell Ball 2019

Elle y interpète : London Boy, Lover, You Need To Calm Down et Christmas Tree Farm.

IV. The Taylor Swift Soap Opera !

Et pour finir l’article avec un peu d’humour, vous pouvez retrouver ci-dessous une vidéo dans laquelle les paroles de plusieurs chansons de Taylor Swift ont été réutilisées pour donner lieu à une scène de soap opera. On y retrouve Julianne Moore et James Corden en pleine crise conjugale…

Fuckin’ Musique — Cours de Solfège (YouTube)

I. Fuckin’ Musique

1. Leçons FM

Le format leçon de FM de la chaîne YouTube Fuckin’ Musique met en scène un professeur qui essaye d’enseigner quelques notions de solfège à son élève. Une mission qui s’annonce périlleuse…

Vous pouvez faire connaissance avec ce duo en visionnant cette vidéo d’introduction :

Les six leçons de Fuckin’ Musique proposent d’étudier les sujets suivants :

1. Les clés en musique

2. Les notes en musique

3. Le rythme en musique

4. Les gammes

5. Les modes

6. Les intervalles

2. Le format DoggyBag

Le deuxième format, appelé DoggyBag, adopte un ton plus sérieux, alors que le professeur se retrouve seul face à la caméra.

Ce format propose d’étudier les sujets suivants :

1. Les nuances

2. L’italien

3. Le métronome

4. Les signes musicaux divers

3. Chaîne YouTube en pause

La dernière vidéo a été postée le 12 janvier 2018, il y a donc peu de chances que de nouvelles vidéos soient postées. Mais je trouve le travail fourni intéressant, et il vaut la peine qu’on s’y attarde.

Après tout, aborder le solfège avec humour n’était pas un pari gagné d’avance !

II. Le Solfège sur YouTube

Sachez également que si, après avoir vu ces vidéos, vous ressentez un besoin irrépressible de regarder d’autres vidéos traitant du solfège sur YouTube, c’est possible !

Vous pouvez visionner les vidéos de :

Enfin, sachez également qu’il existe sur Google Play une application appelée Solfaread qui permet de s’entraîner à la lecture de notes (en clé de sol et clé de fa). De quoi remplacer Candy Crush de temps en temps ! 😀

High Score : L’âge d’or du gaming — 6 x 40 min Netflix (2020)

I. High Score : une série documentaire

Le 19 août 2020, sortait sur Netflix le docu-série High Score : L’Âge d’or du gaming.

Composée de six épisodes d’une durée de 40 minutes en moyenne, cette série nous propose de retracer l’histoire des jeux vidéo, en commençant par les tout premiers jeux d’arcade, sortis à la fin des années 1970, jusqu’aux évolutions technologiques des années 1990.

II. Mystery House : le premier jeu d’aventure graphique sur ordinateur

1000

Dans les années 1970, les jeux d’aventure étaient proposés sur disquette, mais leur capacité de stockage était limitée à 360 ko. Il n’y avait donc pas suffisamment de place pour stocker des images.

Un jeu sur ordinateur ressemblait donc à ça :

Pas sûre que ce jeu remporterait un grand succès de nos jours…

1000

Mais le jeu Mystery House changea ça. Ce jeu, vaguement inspiré du Cluedo, proposait des graphiques pour illustrer l’histoire. Ce qui a été possible en simplifiant les images qui n’étaient composées que de lignes.

La maison ressemblait donc à ça :

La maison du jeu Mystery House

Et la scène du crime ressemblait à ça :

La scène du crime du jeu Mystery House

Je soupçonne d’ailleurs fortement que la victime soit un ancêtre de Voldemort ! Regardez ! Il n’a pas de nez…

La vidéo ci-dessous reprend le passage de l’épisode 3 qui en parle (en anglais) :

III. Sega vs. Nintendo : la guerre des consoles est déclarée !

L’épisode 4 revient sur la stratégie de marketing mise en place par Sega pour concurrencer Nintendo.

Ci-dessous, vous pouvez retrouver une publicité dans laquelle on voit la console Mega Drive de Sega, accroché à l’arrière d’une voiture de course, alors que la console de Nintendo est accrochée à l’arrière d’un camion de lait très lent…

Un slogan accompagne également cette publicité :

Le slogan de Sega : Genesis does what Nintendon't.

On pourrait le traduire en « Genesis fait ce que Nintendo ne peut pas », en combinant la négation don’t avec Nintendo.

De toute évidence, la subtilité n’était pas vraiment leur point fort…

IV. Des imprécisions dans le documentaire ?

Par rapport à ce docu-série, il existe un article sur le site jeux.ca qui relève des erreurs. Si vous regardez High Score, n’hésitez pas à y jeter un œil.

V. Toujours plus de documentaires !

High Score : L’âge d’or du gaming n’est pas le premier documentaire consacré à l’univers des jeux vidéos.

Il existe notamment :

L’épisode 6 de la série Le monde de Jeff Godblum, disponible sur Disney+, traite de l’univers des jeux vidéos.

The King of Kong retrace l’histoire de Billy Mitchell et Steve Wiebe, dans leur tentative de devenir champion du monde sur le jeu Donkey Kong (en anglais).

Video Games : the movie retrace l’ascension du jeu vidéo, de l’Atari à la Xbox (en anglais).

VI. Bonus :

L’instant-Où-Je-Ramène-Ma-Science-Même-Si-Personne-Ne-Me-L’a-Demandé.

Si vous regardez les épisodes en VOST, une faute d’orthographe s’est glissée dans les sous-titres…

Dans l’épisode 3, Roberta Williams, qui a travaillé sur le jeu vidéo Mystery House, déclare en anglais :

I had no idea how to start to write a game. But I think I need some big pieces of paper. (11 min 40).

Le sous-titre français indique :

Je ne savais pas comment écrire un jeu. J’ai été chercher du papier.

Roberta Williams dans le doc-série High Score.

Or, employer l’auxiliaire être dans le sens de aller relève du langage familier. Il aurait donc fallu écrire « Je suis allée chercher du papier ».

Mais je rappelle par précaution que j’ai écrit un article dans lequel je présentais les fautes d’orthographe que j’ai faites pendant longtemps, donc je suis trèèès loin d’être irréprochable de mon côté également…

Showrunners : les coulisses des séries TV américaines — (DVD/VOD)

I. C’est quoi un Showrunner ?

Le documentaire propose d’y répondre dès les premières secondes en proposant une définition de ce terme :

La définition proposée par le documentaire : Terme professionnel désignant la (ou les) personne(s) qui supervise(nt) tous les aspects d'écriture et de production d'une série télévisée, qui garantissent aux producteurs de la série et à la chaîne qui la diffuse la livraison de chaque épisode dans le délai et le budget impartis.

Le site Critictoo a également rédigé un article sur ce terme.

II. C’est qui les Showrunners ?

Au cours du documentaire, plusieurs showrunners sont interviewés, et vous pouvez les découvrir en visionnant la bande-annonce ci-dessous :

Nous y retrouvons ainsi J.J. Abrams (Alias), Mathew Carnahan (Dirt, House of Lies), Steven S. DeKnight (Spartacus), Jane Espenson (Husbands), Hart Hanson, qui est présent sur la miniature de la vidéo, (Bones), Mike Kelly (Revenge), Robert et Michelle King (The Good Wife), Ali Leroi (Tout le monde déteste Chris), Damon Lindelof (Lost), Ronald D. Moore (Battlestar Galactica), Bill Prady (The Big Bang Theory), Jeff Pinkner et J.H. Wyman (Fringe), Mike Royce (Men of a Certain Age), Shawn Ryan (The Shield), Kurt Sutter (Sons of Anarchy), Janet Tamaro (Rizzoli and Isles), Joss Whedon (Buffy), Terence Winter (Boardwalk Empire).

III. Showrunners : un projet de longue date

Si ce documentaire dure 1 h 30, il aura nécessité quatre années de travail !

On pourrait scinder le travail effectué sur ce documentaire en trois étapes distinctes :

  • Années 1 et 2 : Tournage principal (septembre 2010 à novembre 2012). Au total, plus d’une centaine d’heures aura été filmée !
  • Année 3 : Montage du documentaire.
  • Année 4 : Obtention de plusieurs autorisations requises pour la sortie du documentaire. En effet, le travail juridique nécessitait de traiter avec plusieurs studios, chaînes de télévision et boîtes de production, puisque les showrunners qui apparaissent dans le documentaire ont travaillé pour différents studios.

IV. Joss Whedon : Beaucoup de bruit mais pas pour rien

Les réalisateurs Des Doyle et Ryan Patrick McGuffey avaient presque renoncé à pouvoir interviewer Joss Whedon pour leur documentaire, après avoir essayé de le contacter pendant un an.

Puis, un matin, après avoir participé à une réunion avec la société de production Bad Robot, ils rencontrent Joss Whedon dans un parking ! Et il accepte de participer à leur projet.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là…

L’interview est finalement filmé deux mois après, le lundi 8 mai 2012, alors que le film Avengers (scénarisé et réalisé par Joss Whedon) vient de sortir au cinéma. Ils disposent uniquement d’une heure pour l’interviewer. Sauf que, au moment de commencer l’interview, des travailleurs commencent à couper un arbre à l’extérieur, ce qui provoque rapidement un embouteillage, et des nuisances sonores.

Le réalisateur Des Doyle est terrifié à l’idée que l’interview devienne inutilisable à cause du bruit, mais l’équipe de postproduction parvient ensuite à enlever tous les bruits de fond, lui permettant d’utiliser l’interview dans son documentaire.

Ouf !

V. Showrunners : en DVD et VOD

Le documentaire est sorti le 21 avril 2015 en DVD. Il est uniquement proposé en version originale avec des sous-titres français.

Le documentaire a également été disponible sur Prime Video en France, et la fiche du documentaire est toujours visible sur la plateforme, sur laquelle il a déjà fait plusieurs va-et-vient. Vous pouvez visiter le site justwatch pour voir quelles plateformes proposent actuellement de voir le documentaire.

Le site Critictoo propose également une critique de ce documentaire, dans laquelle ils regrettent que le sujet ne soit pas plus approfondi.

Je comprends leur avis, même si je pense que la durée du documentaire et le nombre d’intervenants ont forcément imposé des limites par rapport au traitement du sujet.

Sans compter que, à ce jour, Showrunners est le seul documentaire qui propose de s’intéresser aux créateurs de séries télévisées.

VI. Une erreur s’est glissée dans les sous-titres !

Vers la 52e minute, Joss Whedon est interviewé par rapport au fait qu’il a travaillé sur trois séries différentes (Buffy, Angel et Firefly) en même temps (2002−2003).

Joss Whedon, pendant l'interview du documentaire Showrunners.

Il précise qu’il travaillait alors sur la dernière saison de Buffy, la première de Firefly et la quatrième d’Angel.

Sauf que les sous-titres en français indiquent qu’il travaillait sur la quatrième saison de Firefly…

Je soupçonne alors fortement que le traducteur ne s’est pas encore remis de l’annulation de Firefly, qui s’est produite après quinze malheureux épisodes…

Mais, après tout, il est vrai que la vie de sériephile n’est pas facile tous les jours !

Making Waves — La magie du son au cinéma — Arte (VOD)

I. Making Waves : la magie du son au cinéma

Ce documentaire, réalisé par Midge Costin, a été présenté au Festival de Cannes en 2019 dans la sélection Cannes Classics. D’une durée de 1 h 28, il nous propose de redécouvrir l’histoire du son au cinéma. Il laisse également la parole à plusieurs intervenants, que ce soit des designers sonores ou des cinéastes.

1000

Edison dépose le brevet d’une invention qui permet d’enregistrer du son : le phonographe.

Photo du phonographe.
© Norman Bruderhofer
1877

Edison dépose le brevet d’une invention : le kinétoscope. En effet, il souhaite filmer des images pour qu’elles accompagnent le son du phonographe. Mais une difficulté supplémentaire apparaît : les images ne défilent pas à la même vitesse que le son, si bien qu’il y a un problème de synchronicité.

Schéma du kinetoscope
© Albert Tissandier

À cette époque, les projections de films sont alors accompagnées par un orchestre et par des artistes itinérants qui venaient bruiter en direct les scènes des films.

1889

Le studio Warner sort le film Don Juan. La musique du film est jouée sur un phonographe qui est relié mécaniquement à l’appareil de projection. Il est considéré comme le premier film sonore de l’histoire du cinéma.

Affiche du film Don Juan, sorti en 1926.
© Warner Bros.
1920

Quelques dialogues sont enregistrés lors du tournage du film Le chanteur de jazz. Ce film contient alors quelques scènes parlées et il est considéré comme le premier film parlé de l’histoire du cinéma.

Affiche du film le chanteur de jazz
© Warner Bros.

Le documentaire est disponible en VOD sur la boutique d’Arte. Il a également été diffusé le 5 février dernier sur Arte.

II. Le son au cinéma sur YouTube

Quelques vidéos sur YouTube proposent également de revenir sur ce sujet.

1) L’arrivée du parlant avec le Fossoyeur de Films

L’histoire du cinéma parlant synthétisé en 4 min 40 !

2) Le focus : le son au cinéma

La vidéo revient sur les sons (in, hors champ, off), la musique (de fosse, d’écran, empathique, an-empathique), et les bruitages.

3) Capsule pédagogique

La vidéo revient sur le son diégétique (in) et le son extradiégétique (off).

Les différents types de plans au cinéma — Close up (YouTube)

Au cinéma, différents types de plans sont utilisés, tels que le champ-contrechamp ou encore le plan-séquence, et la chaîne YouTube Close up : cinémas et séries nous propose de les découvrir.

Cette série de vidéo, intitulée le Focus, a pour objectif de décrypter plusieurs techniques du 7e art.

I. Le champ-contrechamp

Sortie le 8 août 2020, la première vidéo traite du champ-contrechamp.

II. Le plan séquence

Sortie le 15 août 2020, la deuxième vidéo traite du plan-séquence.

III. Le hors-champ

Sortie le 26 novembre 2020, la troisième (et dernière pour l’instant) vidéo traite du hors-champ.

Si vous le souhaitez, vous pouvez également visiter leur chaîne YouTube, sur laquelle vous pouvez retrouver plusieurs vidéos traitant de différentes séries comme Charmed, Buffy, Malcolm, Lost, Friends…