Documentaire Pop Culture

Nostalgie Friends : un phénomène depuis 25 ans — Livre (2019)

I. Nostalgie Friends : un livre de Kelsey Miller

Le 27 mai dernier, la réunion tant attendue de Friends (The One Where They Get Back Together) a été diffusée sur HBO Max aux États-Unis et sur Salto en France.

C’est donc l’occasion de parler un peu du livre Nostalgie Friends, sorti en 2019, qui propose de revenir sur les coulisses de la mythique série télévisée.

Ce livre permet notamment d’apprendre quelques anecdotes sur la série, comme le fait que plusieurs titres avaient été envisagés pour la série, comme :

  • Insomnia Café
  • Friends like Us
  • Six of One

Le chapitre 2, intitulé Celui avec six jeunes et une fontaine, revient également sur la situation professionnelle des six acteurs de la série avant qu’il ne rejoigne le casting de Friends.

On apprend ainsi que :

  • David Schimmer avait décidé de se consacrer au théâtre, après avoir eu quelques mauvaises expériences à la télévision.
  • Lisa Kudrow interprétait le personnage d’Ursula dans la série Dingue de toi, qui était diffusée juste avant la case horaire de Friends. C’est la raison pour laquelle Ursula deviendra la soeur jumelle de Phoebe !
  • Matt Leblanc est arrivé le jour de l’audition le nez cassé. Il s’était blessé le matin même dans sa salle de bain.
  • Courtney Cox avait été contacté pour interpréter le rôle de Rachel, mais elle a insisté pour auditionner pour celui de Monica.
  • Mathew Perry et Jennifer Aniston étaient sous contrat pour deux autres projets1. Mais la série LAX 2194 ne sera pas commandée, libérant Mathew Perry de son contrat, alors que la série Muddling Through, dans laquelle jouait Jennifer Aniston, sera annulée après 10 épisodes.

Le livre aborde également d’autres sujets comme la façon dont sont représentés les personnages homosexuels (chapitre 4) ou transgenres (chapitre 8). L’auteure revient également sur l’impact du 11 septembre sur la série (chapitre 9).

II. Quelques erreurs de typographie

Néanmoins, quelques erreurs de typographie se sont glissées dans le livre.

L’exemplaire que je possède provient du premier tirage de la version broché. Il est ainsi possible que la typographie ait été revue pour la version de poche, qui est sortie le 14 octobre 2020.

Ainsi, il arrive que le numéro qui renvoie à la note de bas de page ne se retrouve pas sous forme d’exposant, comme dans l’exemple ci-dessous, avec Television Academy Foundation1.

Erreur de typographie

On retrouve également cette erreur p 63 (principaux2), p 145 (sujet1) et p 244 (blanches3), 

Concernant les notes de bas de page, il arrive que certains traits d’union manquent, comme dans l’exemple ci-dessous, avec le peutêtre.

Erreur de typographie

On retrouve également cette erreur p 94 (vingtquatre) p 107 (peutêtre) p 110 (eston), p 134 (a‑til déclaré), p 145 (augemententelles), p 171 (Franck-etAlice); p 177 (a‑til et momentlà) et p 201 (a‑telle), 

Après, cela n’a pas dérangé ma lecture, cela m’a juste surprise au début.

III. Friends : Premier blockbuster de la sitcom 

En mars 2020, l’émission Clique, diffusée en clair sur Canal+, a consacré une émission à la série, que vous pouvez retrouver sur YouTube.

L’émission aborde la majorité des thèmes traités dans le livre, donc n’hésitez pas à y jeter un oeil ! 🙂

1. Pour citer un autre exemple, on pourra noter que, en 2011, l’acteur Damon Wavans Jr s’est retrouvé dans une situation similaire. Il avait décroché un rôle principal dans la série New Girl, mais il a dû y renoncer car la série dans laquelle il jouait, Happy Endings, avait été renouvelée pour une saison 2. Mais, finalement, il finira par rejoindre la série New Girl en cours de saison 3. Alors, tout est bien qui finit bien !

Buffyverse : Les personnages — Par Lindsen Leus (YouTube)

I. Buffyverse

Hier, la série Buffy the Vampire Slayer fêtait son anniversaire ! Cela faisait dix-huit ans que le dernier épisode de la série Chosen (La Fin des temps, partie 2 en français) a été diffusé aux États-Unis !

Et si la série est terminée depuis 2003, elle n’a jamais réellement arrêté de faire parler d’elle.

Récemment, Panini Comics a proposé une réédition en français des deux premiers tomes de la saison 8 en comics de Buffy, en plus d’éditer une nouvelle série de comics Buffy. La maison d’édition Qilinn avait également sorti, fin 2018, un album illustré Buffy.

On pourra également noter que la série Angel a fait son arrivée sur la plateforme Disney+, le 14 mai dernier, alors que Buffy était disponible depuis le 23 février.

C’est donc l’occasion de reparler un peu de cette série ainsi que de son spin-off Angel, grâce à une série de vidéos disponible sur YouTube, qui ont été réalisées par Lindsen Leus. 

Par contre, comme les vidéos retracent la vie des différents personnages, il y a tout naturellement des spoilers. Donc, si vous ne connaissez ni Buffy ni Angel, mais que vous avez prévu de regarder ces séries, ce n’est sans doute pas le bon moment pour les voir. 😉

1. Spike : l’anomalie de Joss Whedon

2. Rupert Giles :

héros de l’ombre

3. Jonathan Levinson :

superstar

4. Robin Wood :

la vengeance du fils

5. Alex Harris :

le sauveur improbable

6. Willow Rosenberg :

intello et assassin

7. Faith Lehane :

une autre tueuse

8. Cordélia Chase :

peste à déesse

9. Wesley Wydam Price :

observateur puis chasseur

10. Angel :

vampire avec une âme

11. Buffy Summers :

la dernière tueuse

Néanmoins, une petite erreur s’est glissée dans la vidéo consacrée à Buffy Summers, que j’indique sous spoiler pour ceux qui n’auraient pas vu la saison 2 de Buffy.

Le personnage de Kendra apparaît dans trois épisodes et non pas quatre.

Mais c’est un riquiqui-détail-de-rien-du-tout, puisque le destin de chaque personnage est parfaitement connu et maîtrisé dans chacune des vidéos.

Et si vous maîtrisez l’anglais, vous pouvez aussi aller visiter la chaîne YouTube de Rachel MacDonald qui a consacré plusieurs vidéos sur les personnages de Buffy comme :

Et si vous êtes fan de la série, je vous conseille également de jeter un œil à la websérie BuffyKillsEdward qui propose de mêler les univers de Buffy et de Twilight… en chansons !

II. Les prénoms des personnages de Buffy

Récemment, le site 25yearslater.com a publié en anglais un article qui propose de revenir sur les prénoms donnés aux personnages

N’hésitez pas à le consulter mais, si vous préférez, voici les idées générales de l’article reprises en français pour les prénoms de Buffy et de Giles :

Buffy

Buffy Summers

Habituellement, le prénom Buffy est un diminutif d’Elizabeth, ce qui n’est pas le cas ici. Ce prénom rare contribue à la montrer comme unique.

De plus, en portant un prénom particulier, Buffy peut ne pas être prise au sérieux par les autres, alors qu’en réalité, sa force mérite d’être reconnue, ce qui crée un décalage.

On pourra également noter que le titre originel Buffy the Vampire Slayer permet ainsi d’indiquer les différents genres présents dans la série. Buffy renvoie ainsi à la comédie ou l’humour, Vampire à l’horreur et Slayer à l’action.

Giles

Peu de personnages l’appellent par son prénom Rupert au lieu d’utiliser son nom de famille Giles, mais il existe quelques exceptions.

Jenny Calendar et Olivia Williams, avec qui il entretiendra une relation amoureuse, l’appellent naturellement par son prénom, tout comme Quentin Travers, le Directeur du Conseil des Observateurs.

Spike l’appelle également par son prénom, surtout pour l’agacer, alors que Willow l’appelle ainsi lors de leur confrontation à la fin de la saison 6. Mais elle le fait pour une raison bien précise : lui montrer sa supériorité grâce aux nouveaux pouvoirs qu’elle a développés.

Lors de l’épisode de la saison deux, intitulée The dark age/La face cachée, on apprend également que Giles a été surnommé Ripper lorsqu’il était plus jeune. Ce mot, en anglais, signifie éventreur. Et si Giles n’aime plus être appelé ainsi, son ancien ami Ethan Rayne ne se prive pas de l’utiliser…

III. Les personnages à la manière d’Animal Crossing

Récemment, certains fans ont également essayé de reproduire le générique de la saison 1 grâce au jeu vidéo d’Animal Crossing.

Je vous laisse découvrir le résultat ci-dessous :

En espérant que l’article vous aura permis de réviser certaines de vos connaissances Buffyesques. 🙂

Not Dead Yet — L’autobiographie de Phil Collins — Michel Lafon (2016)

I. Not Dead Yet — L’autobiographie

Musicien et chanteur, Phil Colins est connu du grand public pour avoir écrit, composé et interprété les chansons du film d’animation Tarzan.

Le travail fourni lui a également permis de remporter un oscar pour la chanson You’ll Be in My Heart.

La première de couverture de l'autobiographie Not Dead Yet de Phil Collins.

Mais, avant de travailler pour Disney, Phil Collins a fait partie de plusieurs groupes de musique. Parmi les principaux, on peut citer :

1. Hickory et Flaming Youth

1969 à 1970

1000

et

1000

En compagnie de son ami, Ronnie Caryl, Phil Collins rejoint le groupe Hickory, en tant que batteur. Grâce à un travail acharné, il a l’impression de faire partie d’un vrai groupe pour la première fois.

En 1969, le groupe enregistre l’album Green Light/The Key, qui sera le premier disque sur lequel Phil Collins participe.

Le groupe change ensuite de nom pour adopter celui de Flaming Youth, lorsqu’ils se joignent à deux auteurs-compositeurs, Ken Howard et Alan Blaikley, pour travailler sur leur album Ark 2.

2. Genesis

1000

1971 à 2007

à

1000

En 1971, Phil Collins rejoint le groupe Genesis, qui est à la recherche d’un batteur.

Au cours des années, la constitution du groupe évoluera, jusqu’à ce que Peter Gabriel, le chanteur du groupe, décide de quitter le groupe. Plusieurs candidats potentiels seront auditionnés avant que Phil Collins se décide à tenter sa chance : lui qui était le batteur du groupe en devient alors le chanteur.

3. Brand X

1000

1974 à 1979

à

1000

Phil Collins rejoint le groupe fin 1974, par intermittence. Il participe notamment à l’enregistrement de leurs deux premiers albums, Unorthodox Behaviour (1976) et Moroccan Roll (1977).

Dans son autobiographie, Phil Collins revient également sur sa vie privée, notamment pour parler de sa vie maritale mouvementée.

II. La fois où le père de Phil Collins a été pris pour un fantôme

À la page 40 du livre, Phil Collins se confie sur une anecdote de son passé, que j’ai envie de partager ici.

« Mon goût immodéré pour la batterie ne m’empêche pas de me consacrer à un autre centre d’intérêt : le théâtre. Cette passion remonte aux spectacles du club de plaisance donnés à la salle des scouts d’Isleworth, quand j’épatais tout le monde en jouant Humpty Dumpty et Buttons. Lors d’une de ces extraordinaires représentations, papa sort prendre l’air, costumé en sir Francis Drake. Tout près de là se trouve un vieux cimetière dont plusieurs tombes ont été éventrées par des bombes d’Adolf. La pipe au bec, enveloppé de la brume nocturne montée du fleuve, papa ressemble à un spectre sorti d’une sépulture. Cette apparition surgit dans le phare d’un automobiliste qui, freinant en catastrophe et faisant volte-face, fonce la signaler au poste de police le plus proche. Qui la signale à son tour au journal local. Et le Richmond and Twickebndam Tomes de titrer cette semaine-là : « le fantôme de sir Francis Drake aperçu à Isleworth ! »

Morale de l’histoire ? Si vous êtes déguisé, évitez de vous balader le soir dans un cimetière au risque d’être pris pour un fantôme !

III. Tarzan in Concert with Phil Collins

La vidéo suivante revient sur les coulisses de la production du film Tarzan, entrecoupée de séquences où Phil Collins interprète les chansons du film.

D’ailleurs, si Phil Collins a naturellement interprété les chansons en anglais, il les a également chantées en espagnol, en italien, en allemand et en français ! Il déclare d’ailleurs dans la vidéo suivante que c’est l’enregistrement des chansons en français qui lui a posé le plus de problèmes.

Et, à titre personnel, je trouve la bande originale de Tarzan très réussie, notamment la chanson Je veux savoir (Strangers like Me) que j’aime beaucoup !

The Boys, l’histoire des frères Sherman — Disney+ (2009)

I. Robert et Richard Sherman

Le documentaire The Boys nous propose de découvrir Robert et Richard Sherman, deux auteurs-compositeurs, qui ont travaillé sur plusieurs films Disney.

Sorti en 2009, ce documentaire, d’une durée de 1 h 41, est réalisé par Jeff Sherman (fils de Robert Sherman) et par Gregory V. Sherman (fils de Richard Sherman). Ils ont notamment réalisé ce documentaire dans l’espoir de voir leur père respectif se rapprocher, car ils s’étaient éloignés l’un de l’autre au fil des années.

À gauche : Robert Sherman (1925−2012)

À droite : Richard Sherman (Né en 1928)

Robert Sherman

(1925−2012)

Richard Sherman

(Né en 1928)

Robert et Richard Sherman
©Disney

En 1943, Robert Sherman s’engage dans l’armée, à 17 ans. Il reviendra ensuite aux Etats-Unis en 1945, où il suivra des études de littérature.

Richard Sherman a, de son côté, suivi des études en musique, et il a étudié au Bard College, soit la même université que son frère.

Les deux frères travaillent ensuite ensemble sur la composition de plusieurs chansons, mais ils connaissent réellement leur premier grand succès lorsque le directeur musical de Disney prend contact avec eux.

À cette époque, la chanteuse Annette Funicello, alors égérie Disney, s’apprêtait à jouer dans le film Horsemasters, mais le studio souhaitait qu’elle y interprète aussi une chanson. Les deux frères composent alors la chanson Strummin » Song, qui figurera dans le film.

Strummin’ Song

Annette Funicello jouera par la suite le rôle principal féminin dans la comédie musicale Babes in Toyland, qui est aussi disponible sur Disney+.

Babes in Toyland est d’ailleurs la première comédie musicale réalisée par le studio Disney. Et la deuxième comédie musicale de Disney ne sera nulle autre que.… Mary Poppins !

Par la suite, Robert et Richard Sherman travailleront ainsi sur différents films comme Mary Poppins, Le Livre de la jungle et Les Aristochats.

On pourra également noter que, dans le biopic Dans l’ombre de Mary, qui parle de la production du film Mary Poppins, les rôles de Robert et Richard sont interprétés par deux acteurs, qui sont joués respectivement par B.J. Novak et Jason Schwartzman.

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à lire la critique de chroniques Disney.

II. L’héritage culturel de Mary Poppins

1. Souvenirs de tournage (Disney+)

Mary Poppins reste l’un des films les plus connus du studio Disney. Il aura ainsi droit à une adaptation sur Broadway (2006−2013), à un biopic Dans l’ombre de Mary (2013), mais également à une suite nommée Le Retour de Mary Poppins (2018).

C’est ainsi que le doc-série Souvenirs de tournage1 consacre un épisode au film Mary Poppins.

On y apprend notamment ce que sont devenus le célèbre sac de Mary Poppins (que vous pouvez apercevoir à la cinquantième seconde dans la bande-annonce) ou encore le chapeau de Jane !

2. De l’autre côté de l’écran : Mary Poppins

La chaîne YouTube Le grimoire d’Arthur propose également une très bonne vidéo sur les coulisses de la production de Mary Poppins.

3. The Sherman Brothers (en V.O)

Ce reportage, diffusé sur Disney Channel en août 1984, revient sur la carrière de Robert et Richard Sherman.

III. En musique

1. The Mary Poppins Medley

En 2014, pour fêter les 50 ans de Mary Poppins, la chaîne anglaise BBC a proposé un medley des chansons principales du film.

2. Feed the birds par Richard Sherman

En 2016, Richard Sherman a joué et interprété Feed the birds, qui était une des chansons préférées de Walt Disney. Derrière Richard Sherman, vous pouvez reconnaître Dick Van Dyke (qui jouait le rôle de Bert) et Karen Dotrice (qui jouait le rôle de Jane, et que vous pouvez apercevoir dans Souvenirs de tournage).

3. Friend Like Me (Whitney Avalon)

Vous avez toujours voulu voir Mary Poppins chanter la mélodie de la chanson Friend Like Me d’Aladdin tout en changeant les paroles ? Et bien, Whitney Avalon l’a fait !

1. Souvenirs de tournage s’appelle Prop Culture en anglais, prop signifiant accessoire. Le titre français peut donc porter à confusion, puisque l’on utilise bien ici le mot souvenirs pour parler d’accessoires, et non pas d’anecdotes de tournage. D’ailleurs, n’hésitez pas à jeter un œil sur l’épisode sur Narnia si vous en avez envie 🙂

Coldplay : A Head Full Of Dreams — Prime Video (2018)

I. Coldplay : A Head Full Of Dreams

A Head Full Of Dreams est réalisé par Mat Whitecross qui a rencontré le groupe Coldplay en 1996. Ce documentaire réunit aussi bien des images de concert, que des interviews des membres du groupe, ou encore des séquences d’archives inédites.

Tout a commencé lorsque Chris Martin (auteur-compositeur-interprète) et Jonny Buckland (guitariste) se sont rencontrés à l’Université College de Londres. Ils sont ensuite rejoints par Guy Berryman (bassiste) et Will Champion (batteur).

Le premier concert du groupe est donné le 16 janvier 1998 pour lequel ils se produisent sous le nom de Starfish. Peu de temps après, un autre groupe de musique décide d’abandonner leur nom de scène, ne l’appréciant plus suffisamment, et Starfish décide de l’emprunter. C’est ainsi qu’ils se nomment désormais Coldplay.

Coldplay : A Head Full Of Dreams est disponible sur Prime Video depuis le 21 novembre 2018.

II. Coldplay : Les Anecnotes

Si vous désirez en savoir plus sur ce groupe, la chaîne YouTube Les AnecNotes leur a consacré une vidéo :

III. Coldplay : Everyday Life Live in Jordan

Quatre ans après la sortie de leur album A Head Full Of Dreams, Coldplay sort son huitième album en 2019 intitulé Everyday Life.

Pour fêter la sortie de cet album, le groupe s’est produit le 22 novembre 2019 à Amman en Jordanie pour jouer l’intégralité des chansons.

Vous pouvez visionner le concert sur la chaîne YouTube du groupe :

Taylor Swift : Folklore, sessions au long pond studio — Disney+ (2020)

Affiche promotionnel de Folklore.

I. Folklore

Filmé en septembre 2020, ce documentaire donne l’occasion à Taylor Swift et à ses collaborateurs d’interpréter pour la première fois les chansons de l’album Folklore ensemble. 

Filmé en septembre 2020, ce documentaire donne l’occasion à Taylor Swift et à ses collaborateurs d’interpréter pour la première fois les chansons de l’album Folklore ensemble.

Les dix-sept chansons sont interprétées dans le même ordre que celui figurant sur l’album, et elles sont entrecoupées par des extraits de conversation entre Taylor Swift, Aaron Dessner et Jack Antonoff, qui sont tous les trois coproducteurs de l’album.

Sur Disney+, les chansons ne sont pas sous-titrées, mais il est possible d’activer les sous-titres english [CC] pour avoir les paroles des chansons en anglais.

La chanson Exile, interprétée en duo avec Bon Iver, est également disponible sur la chaîne YouTube officielle de Taylor Swift.

Et c’est probablement ma chanson préférée de l’album ! 🙂

Pour aller plus loin, il existe également un autre documentaire sur Taylor Swift appelé Miss Americana, et qui est disponible sur Netflix.

II. Taylor Swift parody : Fallonlore

Après la sortie de Folklore, sessions au long pond studio sur Disney+, Jimmy Fallon a proposé une parodie intitulée Fallonlore, the 30 rock sessions.

Il y interprète des chansons aux paroles inventées comme :

  1. peed my pants in an applebee’s
  2. song about milk
  3. sourdough heart
  4. fuzzy wuzzy

Quatre titres que l’on pourrait traduire par :

  1. j’ai fait pipi dans mon pantalon dans un Applebee’s (qui est une chaîne de restaurants américaine)
  2. chanson sur le lait
  3. le cœur au levain (au lieu de pain au levain)
  4. nounours

Il y a donc peu de chances de voir un jour Taylor Swift interpréter l’une de ses chansons…

III. Evermore

Peu après la sortie de Folklore, Taylor Swift a sorti un nouvel album, appelé Evermore.

Et, à l’occasion des Grammy Awards, Taylor Swift y a interprété un medley composé de deux chansons de Folklore (Cardigan et August) et d’une d’Evermore (Willow).

Sa performance des Grammy Awards avait été initialement postée sur sa chaîne YouTube mais la vidéo a été bloquée en France.

Mais il est possible de la visionner grâce à une chaîne YouTube gérée par une fan.

La coach vocal Hannah Bayles a d’ailleurs filmé une vidéo réaction par rapport à cette performance de Taylor Swift.

Et si Evermore n’a pas eu droit à son propre documentaire, Taylor Swift a donné une interview dans laquelle elle revient sur ce nouvel album :

Elle y dit notamment que :

  • Folklore a été pensé comme un album qui représente les saisons du printemps et de l’été, alors que Evermore représente l’automne et l’hiver1.
  • les chansons de Folklore traitent de résolution de conflit, de faire des concessions, sur la façon de traverser quelque chose avec quelqu’un, et d’essayer de communiquer avec eux.
  • les chansons d’Evermore traitent plus avec les fins de toutes sortes, toutes les façons dont différentes relations peuvent se terminer, et la douleur qui vient avec2.

Et, depuis, Taylor Swift a réenregistré et sorti une nouvelle version de son deuxième album Fearless. Il est également prévu qu’elle réenregistre ses précédents albums, lui permettant d’y ajouter des chansons qu’elle avait écrites à l’époque, mais qui n’avaient pas été choisies pour faire partie de la version finale de ses albums.

Donc une pénurie de chansons de Taylor Swift n’est pas annoncée avant un long moment !

1 Indiqué à 12 min.

2. Indiqué à 23 min.

Miss Americana — Documentaire sur Taylor Swift — Netflix (2020)

I. Miss Americana

Le 31 janvier 2020, sortait sur Netflix le documentaire Miss Americana. Il s’agissait de la deuxième collaboration entre Taylor Swift et la plateforme de streaming, après la sortie du concert Reputation Stadium Tour, qui est disponible depuis fin 2018.

Ce documentaire propose de revenir sur la carrière de Taylor Swift et sur les difficultés liées à la célébrité.

Le documentaire revient notamment, à 33 min, sur l’influence négative qu’ont pu jouer les médias sur la carrière de Taylor Swift.

On peut ainsi découvrir un extrait d’une interview de Entertainment Tonight, dans lequel une journaliste pose une question inappropriée :

La journaliste interview Taylor Swift.

Ce à quoi Taylor Swift répond :

Taylor Swift répond à la question de la journaliste.

Par contre, la scène utilisée dans le documentaire a été coupée après « […] tonight », et n’inclue donc pas la réponse complète de Taylor Swift.

L’interview complète est disponible ci-dessous :

Depuis la sortie du documentaire, Taylor Swift a sorti deux nouveaux albums (Folklore et Evermore). Le 14 mars 2021, elle est également devenue la première artiste féminine de l’histoire à remporter trois fois le trophée du meilleur album aux Grammy Awards (Fearless, 1989 et Folklore).

Et si vous désirez vous tenir au courant de son actualité, vous pouvez suivre différents comptes twitter, comme celui-ci :

II. Quelques reportages disponibles en anglais

Taylor Swift : Road to Reputation

Road to Reputation revient sur la carrière de Taylor Swift. Des sous-titres anglais sont disponibles, mais ils contiennent quelques fautes d’orthographe.

Taylor Swift NOW — The Making of a Song

The Making of a Song nous montre Taylor Swift en train de travailler les chansons de son album Reputation.

III. Ses plus récentes performances

Après la sortie de l’album Lover, en août 2019, une tournée appelée Lover Fest devait être organisée, mais la covid-19 en a décidé autrement. À défaut, certaines de ses performances sont visibles sur YouTube.

Taylor Swift : NPR Music Tiny Desk Concert

Elle y interprète : The Man, Lover, Death by a Thousand Cuts et All Too Well.

Taylor Swift : Live at the 2019 American Music Awards

Elle y interprète : The Man, Love Story, I knew You Were Trouble, Blank Space, Shake It Off et Lover.

Taylor Swift : Live at Capital’s Jingle Bell Ball 2019

Elle y interpète : London Boy, Lover, You Need To Calm Down et Christmas Tree Farm.

IV. The Taylor Swift Soap Opera !

Et pour finir l’article avec un peu d’humour, vous pouvez retrouver ci-dessous une vidéo dans laquelle les paroles de plusieurs chansons de Taylor Swift ont été réutilisées pour donner lieu à une scène de soap opera. On y retrouve Julianne Moore et James Corden en pleine crise conjugale…

Fuckin’ Musique — Cours de Solfège (YouTube)

I. Fuckin’ Musique

1. Leçons FM

Le format leçon de FM de la chaîne YouTube Fuckin’ Musique met en scène un professeur qui essaye d’enseigner quelques notions de solfège à son élève. Une mission qui s’annonce périlleuse…

Vous pouvez faire connaissance avec ce duo en visionnant cette vidéo d’introduction :

Les six leçons de Fuckin’ Musique proposent d’étudier les sujets suivants :

1. Les clés en musique

2. Les notes en musique

3. Le rythme en musique

4. Les gammes

5. Les modes

6. Les intervalles

2. Le format DoggyBag

Le deuxième format, appelé DoggyBag, adopte un ton plus sérieux, alors que le professeur se retrouve seul face à la caméra.

Ce format propose d’étudier les sujets suivants :

1. Les nuances

2. L’italien

3. Le métronome

4. Les signes musicaux divers

3. Chaîne YouTube en pause

La dernière vidéo a été postée le 12 janvier 2018, il y a donc peu de chances que de nouvelles vidéos soient postées. Mais je trouve le travail fourni intéressant, et il vaut la peine qu’on s’y attarde.

Après tout, aborder le solfège avec humour n’était pas un pari gagné d’avance !

II. Le Solfège sur YouTube

Sachez également que si, après avoir vu ces vidéos, vous ressentez un besoin irrépressible de regarder d’autres vidéos traitant du solfège sur YouTube, c’est possible !

Il faut noter que les cours de Gradus ad Parnassum ne s’adressent pas à des musiciens débutants par contre. (En tout cas, c’était du trop haut niveau pour moi.)

Enfin, sachez également qu’il existe sur Google Play une application appelée Solfaread qui permet de s’entraîner à la lecture de notes (en clé de sol et clé de fa). De quoi remplacer Candy Crush de temps en temps ! 😀

High Score : L’âge d’or du gaming — 6 x 40 min Netflix (2020)

I. High Score : une série documentaire

Le 19 août 2020, sortait sur Netflix le docu-série High Score : L’Âge d’or du gaming.

Composée de six épisodes d’une durée de 40 minutes en moyenne, cette série nous propose de retracer l’histoire des jeux vidéo, en commençant par les tout premiers jeux d’arcade, sortis à la fin des années 1970, jusqu’aux évolutions technologiques des années 1990.

II. Mystery House : le premier jeu d’aventure graphique sur ordinateur

1000

Dans les années 1970, les jeux d’aventure étaient proposés sur disquette, mais leur capacité de stockage était limitée à 360 ko. Il n’y avait donc pas suffisamment de place pour stocker des images.

Un jeu sur ordinateur ressemblait donc à ça :

Pas sûre que ce jeu remporterait un grand succès de nos jours…

1000

Mais le jeu Mystery House changea ça. Ce jeu, vaguement inspiré du Cluedo, proposait des graphiques pour illustrer l’histoire. Ce qui a été possible en simplifiant les images qui n’étaient composées que de lignes.

La maison ressemblait donc à ça :

La maison du jeu Mystery House

Et la scène du crime ressemblait à ça :

La scène du crime du jeu Mystery House

Je soupçonne d’ailleurs fortement que la victime soit un ancêtre de Voldemort ! Regardez ! Il n’a pas de nez…

La vidéo ci-dessous reprend le passage de l’épisode 3 qui en parle (en anglais) :

III. Sega vs. Nintendo : la guerre des consoles est déclarée !

L’épisode 4 revient sur la stratégie de marketing mise en place par Sega pour concurrencer Nintendo.

Ci-dessous, vous pouvez retrouver une publicité dans laquelle on voit la console Mega Drive de Sega, accroché à l’arrière d’une voiture de course, alors que la console de Nintendo est accrochée à l’arrière d’un camion de lait très lent…

Un slogan accompagne également cette publicité :

Le slogan de Sega : Genesis does what Nintendon't.

On pourrait le traduire en « Genesis fait ce que Nintendo ne peut pas », en combinant la négation don’t avec Nintendo.

De toute évidence, la subtilité n’était pas vraiment leur point fort1

IV. Des imprécisions dans le documentaire ?

Par rapport à ce docu-série, il existe un article sur le site jeux.ca qui relève des erreurs. Si vous regardez High Score, n’hésitez pas à y jeter un œil.

V. Toujours plus de documentaires !

High Score : L’âge d’or du gaming n’est pas le premier documentaire consacré à l’univers des jeux vidéos.

1) Clique TV

Mega Drive :

la console plus forte que toi

Zelda : La saga la plus culte de l’histoire du jeu vidéo ?

Mario : du jeu vidéo à icône de la pop culture 

De 1994 à demain, le règne sans fin de Playstation

Xbox, 20 ans d’innovation

2) Sur Disney+

L’épisode 6 de la série Le monde de Jeff Godblum, disponible sur Disney+, traite de l’univers des jeux vidéos.

3) En anglais

The King of Kong retrace l’histoire de Billy Mitchell et Steve Wiebe, dans leur tentative de devenir champion du monde sur le jeu Donkey Kong.

Video Games : the movie retrace l’ascension du jeu vidéo, de l’Atari à la Xbox.

VI. Bonus :

L’instant-Où-Je-Ramène-Ma-Science-Même-Si-Personne-Ne-Me-L’a-Demandé.

Si vous regardez les épisodes en VOST, une faute d’orthographe s’est glissée dans les sous-titres…

Dans l’épisode 3, Roberta Williams, qui a travaillé sur le jeu vidéo Mystery House, déclare en anglais :

I had no idea how to start to write a game. But I think I need some big pieces of paper. (11 min 40).

Le sous-titre français indique :

Je ne savais pas comment écrire un jeu. J’ai été chercher du papier.

Roberta Williams dans le doc-série High Score.

Or, employer l’auxiliaire être dans le sens de aller relève du langage familier. Il aurait donc fallu écrire « Je suis allée chercher du papier ».

Mais je rappelle par précaution que j’ai écrit un article dans lequel je présentais les fautes d’orthographe que j’ai faites pendant longtemps, donc je suis trèèès loin d’être irréprochable de mon côté également…

1 On pourra noter que, récemment, la plateforme Wix (qui permet de créer des sites Internet) a eu recours à une technique de marketing similaire en proposant une série de publicité dans laquelle elle critique ouvertement un de ses concurrents, WordPress (qui permet aussi de créer des sites). 

Par exemple, dans la publicité intitulée The Update Button of Doom, on y découvre un informaticien, au cours d’une séance de thérapie, qui avoue que WordPress le fait penser à son père absent. WordPress, sous la forme d’un homme, se met alors à bugger plusieurs fois…

Vous pouvez retrouver cette série de publicité sur YouTube. Et, à l’heure où j’écris ces lignes, la publicité The Update Button of Doom compte 480 dislikes pour 108 likes…

Showrunners : les coulisses des séries TV américaines — (DVD/VOD)

I. C’est quoi un Showrunner ?

Le documentaire propose d’y répondre dès les premières secondes en proposant une définition de ce terme :

La définition proposée par le documentaire : Terme professionnel désignant la (ou les) personne(s) qui supervise(nt) tous les aspects d'écriture et de production d'une série télévisée, qui garantissent aux producteurs de la série et à la chaîne qui la diffuse la livraison de chaque épisode dans le délai et le budget impartis.

Le site Critictoo a également rédigé un article sur ce terme.

II. C’est qui les Showrunners ?

Au cours du documentaire, plusieurs showrunners sont interviewés, et vous pouvez les découvrir en visionnant la bande-annonce ci-dessous :

Nous y retrouvons ainsi J.J. Abrams (Alias), Mathew Carnahan (Dirt, House of Lies), Steven S. DeKnight (Spartacus), Jane Espenson (Husbands), Hart Hanson, qui est présent sur la miniature de la vidéo, (Bones), Mike Kelly (Revenge), Robert et Michelle King (The Good Wife), Ali Leroi (Tout le monde déteste Chris), Damon Lindelof (Lost), Ronald D. Moore (Battlestar Galactica), Bill Prady (The Big Bang Theory), Jeff Pinkner et J.H. Wyman (Fringe), Mike Royce (Men of a Certain Age), Shawn Ryan (The Shield), Kurt Sutter (Sons of Anarchy), Janet Tamaro (Rizzoli and Isles), Joss Whedon (Buffy), Terence Winter (Boardwalk Empire).

III. Showrunners : un projet de longue date

Si ce documentaire dure 1 h 30, il aura nécessité quatre années de travail !

On pourrait scinder le travail effectué sur ce documentaire en trois étapes distinctes :

  • Années 1 et 2 : Tournage principal (septembre 2010 à novembre 2012). Au total, plus d’une centaine d’heures aura été filmée !
  • Année 3 : Montage du documentaire.
  • Année 4 : Obtention de plusieurs autorisations requises pour la sortie du documentaire. En effet, le travail juridique nécessitait de traiter avec plusieurs studios, chaînes de télévision et boîtes de production, puisque les showrunners qui apparaissent dans le documentaire ont travaillé pour différents studios.

IV. Joss Whedon : Beaucoup de bruit mais pas pour rien

Les réalisateurs Des Doyle et Ryan Patrick McGuffey avaient presque renoncé à pouvoir interviewer Joss Whedon pour leur documentaire, après avoir essayé de le contacter pendant un an.

Puis, un matin, après avoir participé à une réunion avec la société de production Bad Robot, ils rencontrent Joss Whedon dans un parking ! Et il accepte de participer à leur projet.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là…

L’interview est finalement filmé deux mois après, le lundi 8 mai 2012, alors que le film Avengers (scénarisé et réalisé par Joss Whedon) vient de sortir au cinéma. Ils disposent uniquement d’une heure pour l’interviewer. Sauf que, au moment de commencer l’interview, des travailleurs commencent à couper un arbre à l’extérieur, ce qui provoque rapidement un embouteillage, et des nuisances sonores.

Le réalisateur Des Doyle est terrifié à l’idée que l’interview devienne inutilisable à cause du bruit, mais l’équipe de postproduction parvient ensuite à enlever tous les bruits de fond, lui permettant d’utiliser l’interview dans son documentaire.

Ouf !

V. Showrunners : en DVD et VOD

Le documentaire est sorti le 21 avril 2015 en DVD. Il est uniquement proposé en version originale avec des sous-titres français.

Le documentaire a également été disponible sur Prime Video en France, et la fiche du documentaire est toujours visible sur la plateforme, sur laquelle il a déjà fait plusieurs va-et-vient. Vous pouvez visiter le site justwatch pour voir quelles plateformes proposent actuellement de voir le documentaire.

Le site Critictoo propose également une critique de ce documentaire, dans laquelle ils regrettent que le sujet ne soit pas plus approfondi.

Je comprends leur avis, même si je pense que la durée du documentaire et le nombre d’intervenants ont forcément imposé des limites par rapport au traitement du sujet.

Sans compter que, à ce jour, Showrunners est le seul documentaire qui propose de s’intéresser aux créateurs de séries télévisées.

VI. Une erreur s’est glissée dans les sous-titres !

Vers la 52e minute, Joss Whedon est interviewé par rapport au fait qu’il a travaillé sur trois séries différentes (Buffy, Angel et Firefly) en même temps (2002−2003).

Joss Whedon, pendant l'interview du documentaire Showrunners.

Il précise qu’il travaillait alors sur la dernière saison de Buffy, la première de Firefly et la quatrième d’Angel.

Sauf que les sous-titres en français indiquent qu’il travaillait sur la quatrième saison de Firefly…

Je soupçonne alors fortement que le traducteur ne s’est pas encore remis de l’annulation de Firefly, qui s’est produite après quinze malheureux épisodes…

Mais, après tout, il est vrai que la vie de sériephile n’est pas facile tous les jours !